maxresdefault

Shaer Ama, 17 juillet 2017

Voilà que six mois se sont écoulés depuis ma dernière gueulante intitulée dans son format original « Ma Révolte » et renommée « Ma révolte de soi-disant guerrier de lumière ! » dans le partage d’autres plateformes. J’ai marqué une pause dans mes rédactions après deux enchainements trop fades à mon goût. Cette pause m’a permis de remarquer que mes articles n’étaient plus tout à fait au diapason avec mon état d’esprit qui a somme toute évolué depuis. Trop catégoriques, trop ciblés. J’en étais déjà consciente à leur rédaction, soutenant volontairement mon ton un peu insidieux dans l’espoir de réveiller quelques consciences quitte à dépasser d’un brin les limites de la vraisemblance. Et j’avoue que le but a été atteint. Il y aura toujours une nuance entre ce que j’écris et ce que je pense, entre ce que les lecteurs lisent et ce qu’ils pensent. Et cela est tout à fait normal, vous me le direz vous-même.

Cependant, cette fameuse nuance me pèse de plus en plus ces derniers mois. Je ne souhaite pas m’enfermer dans un courant de pensée, et encore moins en créer un nouveau. J’avoue que je frôle ces deux angoisses de près en m’investissant de la sorte pour un journal public. C’est le risque à prendre. C’est un risque que j’ai pris et qui ne me coûte qu’une réputation rebelle et inquisitrice pour le moment. Mais jusqu’à quand ?

À l’issue de cette pause, je comptais stopper mon activité de rédaction pour me concentrer uniquement sur mon développement personnel. Je voulais cesser de figer des pensées mouvantes avec des mots pétrifiants. J’espérais laisser Exi’Sens mourir gentiment à l’insu de tous, me faire oublier à l’usure du temps. Sauf que !  Si j’ai tenté d’étouffer ce journal pendant un temps, vous êtes nombreux à l’avoir fait respirer. Je crois n’avoir jamais reçu autant de petits commentaires et de messages de soutien depuis son ouverture l’an dernier. Lorsque je ne me connecte pas sur ce compte pour un moment, les statistiques des visites explosent. À croire que j’ai besoin de tout lâcher et d’abandonner mes propres idées pour que celles-ci touchent du monde. Cette situation est assez cocasse.

Je pense que quelque part, votre engouement m’a redonné goût au partage. Après tout c’est bien le fil conducteur de mon blog, qui est d’ailleurs classé dans la catégorie journal intime.

Une belle leçon que j’ai compris ces derniers temps est le fait que chacun marche sur sa propre voie. J’ai beaucoup d’intolérance face aux mouvements extrémistes et renfermants. Si j’essaie de briser les murs qui obstruent la vision libre du concept d’existence, j’oublie en revanche que ces mouvements sont parfois des supports précieux au même titre que les petites roues du vélo qu’on laisse de côté une fois la confiance et l’équilibre acquis. De toute manière, personne ici sur Terre n’est dans une position plus avantageuse qu’une autre. Il y a une différence notable entre défendre ses valeurs et imposer sa vérité. Et chacun dispose des outils nécessaires pour forger sa propre opinion.

Ma ligne de rédaction va sans doute légèrement se décaler sur des articles plus personnels, axés sur ma philosophie et l’analyse de circonstances. Après tout, je ne peux m’exprimer qu’avec mon vécu pour référence. Et je remercie chacun d’entre vous pour sa participation à ma propre évolution.

Shaer Ama